Le vignoble

Le climat

mdg-climat-2.jpgUn grand terroir, en climat chaud, s'exprime difficilement. Tous les vins légendaires (Bordelais, Champagne, Bourgogne) sont nés en climat septentrional. La Haute Vallée du Gassac, berceau du terroir exceptionnel, est aussi le lieu d’un micro-climat froid correspondant à une altitude climatique de 500 mètres environ.

Chaque nuit, l'air froid du Larzac (850 m) se déverse, par effet de piedmont, dans la Haute Vallée du Gassac, assurant au vignoble des nuits fraîches même au cœur de l'été.

L’exposition du vignoble sur pentes Nord accentue l’effet du micro-climat froid, en réduisant, surtout pendant l’été, les heures d’ensoleillement. Ce micro-climat retarde la floraison de la vigne de près de trois semaines par rapport à la moyenne du Languedoc ; c’est lui qui retarde les vendanges rouges.

C'est à ce micro-climat froid qu'il faut attribuer l'extrême complexité et la finesse des vins Mas de Daumas Gassac, ainsi que le rarissime équilibre des trois éléments qui signent les vins exceptionnels, "Alcool-Polyphénol-Acide".

Les vignes

Nous avons voulu respecter la splendeur sauvage de la Haute Vallée du Gassac ! D’où le choix de créer des vignes de petites surfaces, véritables clairières insérées dans l’immense forêt de garrigue qui domine le paysage. L’extrême complexité des vins du Mas de Daumas Gassac, s’enrichit des senteurs de la garrigue.

mdg-vignoble-20.jpg

Trois grandes raisons ont guidé ce choix:

  • Respect de l'environnement :

Les vignerons ont voulu respecter la beauté sauvage de la Haute Vallée du Gassac et ne pas détruire la forêt de garrigue. D'où le choix de créer des vignes de petites surfaces, véritables clairières insérées dans l'immense forêt de garrigue qui domine le paysage. Plus de 50 vignes en clairières pour 50 hectares de vignoble, sur 1000 hectares de forêt méditerranéenne

  • Complexité des vins :

Dès lors, s’éclaire l'extrême complexité des vins Mas de Daumas Gassac, enrichis des innombrables senteurs des arbustes méditerranéens qui enserrent les "vignes-clairières" : lauriers, thym, romarin, lavande, arbousiers, ciste, fenouil, menthe sauvage, lentisque, etc...

  • Culture organique et Ecosystème préservé:

La grande forêt de garrigue qui entoure la vallée du Gassac assure le maintien des oiseaux et des insectes qui détruisent les prédateurs.
Rejet des engrais chimiques et de toute molécule de synthèse à Daumas Gassac ! Utilisation exclusive de compost à base de fumier de brebis du Larzac !

 

Les cépages

Dans les années 1950, l’esprit « industriel » s'empare de l’agriculture. Pour la vigne, la sélection clonale s’impose : les rendements moyens des siècles passés doublent, l’originalité des saveurs tend à disparaître.

Au  Mas de Daumas Gassac, nous refusons les clones, nous plantons les anciens cépages à petits rendements.

Le vignoble est ainsi un véritable musée de ce qu’étaient le Cabernet Sauvignon, le Petit Manseng, le Viognier... avant les clones modernes : rendements faibles mais prodigieuse richesse organoleptique.

Le passé agronomique de la France aurait dû être protégé contre le « productivisme industriel » destructeur de la saveur des fruits, des légumes des viandes et du vin.

« Le clonage change le rendement, grâce à cela, il a doublé au minimum. On est passé d’un produit rare avec une forte intensité aromatique à un produit surabondant sans arome à part celui que l’on lui donne grâce aux parfums alimentaires. On a donc gardé les noms des cépages, mais parce que cloné, on a perdu la variété. Elles ont perdu leurs prodigieuses qualités aromatiques, personnalités de saveur. » Aimé Guibert 

Les rendements faibles traditionnels d'autrefois !

35 à 40 hectos hectares. Cela signifie trois mille à six mille kilos de raisins par hectare ; soit un seul verre de vin par mètre carré fortement signé par son terroir.

Il faut comparer ces chiffres modestes aux vingt mille à trente mille kilos de raisins par hectare que l’on récolte dans les nouveaux mondes et qui génèrent des vins industriels.

Suite à l’effondrement de son activité de gantier, Aimé Guibert effectue une série de visite pour faire ses adieux à l’ensemble des personnes avec qu'il travaillait auparavant, tout le long du pourtour nord-méditerranéen. Et il en profite pour demander à ces personnes, en souvenir de leurs liens, des boutures des meilleurs vignes que cultivaient leurs amis, voisins ou familles. Chacun de ces cépages ont eu leurs époques de gloire, avec un pays ou une ville qui a apprécié les saveurs. C’est ainsi que la collection d’Aimé Guibert s’est étoffée au grès des rencontres et de la recherche de l’authenticité.

  La vallée du Gassac est désormais gardienne de ce véritable musée de vieux cépages tout en sachant que sur les 50 cépages du domaine, 25 sont inconnus du grand public, ils appartiennent à l’histoire !


Les Cépages Rouges

mdg-cepage-2.jpg

 

Le vignoble de rouge est constitué, pour l’essentiel, par le roi Cabernet Sauvignon, non cloné, tel qu’il régnait en Médoc avant 1914.

Aimé et Véronique Guibert, conseillés par leur ami, Mr BouBals, Professeur de viticulture  à l’université de Montpellier et directeur de l’école nationale de viticulture récupèrent auprès d’une centaine des plus belles propriétés bordelaise et du Lot-et-Garonne des bois datant des années 1930/1940.

En 1972, 17500 pieds de Cabernet Sauvignon non clonés ont été plantés sur des portes greffes américains. Ces plans constituent à eux seuls un musée unique des anciennes vignes plantées dans le Médoc avant l’âge des clones.

Nos vignes sont complantées de la forme ancienne du Cabernet Sauvignon, non cloné, qui produit en moyenne 35 hectos par hectare, contre 80 à 200 hectos par hectare pour les Cabernet clonés.

Des variétés nobles viennent se fondre pour 20% dans le Cabernet Sauvignon : 

Cabernet Franc, Malbec, Merlot, Tannat, Petit Verdot, Carmenere , Syrah, Pinot Noir et dix rares variétés anciennes.


Les Cépages blancs

Comme le rouge, les cépages de blanc proviennent de vielles collections non clonées. Quatre variétés constituent pour 90% l’essentiel du Blanc, le Viognier, Chardonnay, Petit Manseng et le Chenin. Aimé Guibert à récupérer des bois des plus grands domaines originaires des régions respectives : 

 

  • Viognier du Rhône : bois provenant de l’emblématique domaine Georges Vernay - Condrieu
  • Petit Manseng des Pyrénées : Domaine Charles Hours – Béarn, Grands Vins de Jurançon. 
  • Chenin de la Loire : Domaine Huet - Vouvray
  • Chardonnay de Bourgogne : Domaine des Comtes Lafon 

vigne-blanc.jpg Si les quatre cépages nobles représentent 90% du vin Blanc, il faut aussi savoir que les 10% restants, proviennent de quatorze cépages rares et glorieux. A commencer par le Neherleschol, cépage Israélien présent sur le plateau du Golan, cépage biblique qui a donné le vin du miracle des Noces de Cana.

Aimé Guibert s’est également déplacé en Arménie, pour mettre la main sur ces cépages qui ont fait le grand vin apprécié par Alexandre le Grand.

L’ ile de Madère, le Portugal, le Yémen, la Suisse... Tous ces cépages font partie intégrante de la vallée du Gassac : Bourboulenc, Marsanne, Roussanne, Petit Courbu, Muscat Ottonel, Muscat Petit grain, Muscat d’Alexandrie, Gros Manseng, Semillon (France). Neherleschol (Israël), Petite Arvine, Amigne (Suisse), Sercial de Madère (Portugal), Khondorni, Tchilar (Arménie), Albarino (Espagne), Falanghina, Fiano, Grechetto todi (Italie).

Chaque cépage a une histoire qui lui est propre et c’est cette histoire et ces spécificités que nous transmettent les grands vins du Mas de Daumas Gassac.

L’originalité absolue des vins Blancs du Mas de Daumas Gassac vient aussi de cette collection unique au monde de cépages célèbres hier, mais aujourd’hui délaissés.

Le Terroir

Le Mas de Daumas Gassac, c’est d’abord un terroir exceptionnel découvert dans les années 1970 par le grand savant Henri Enjalbert, titulaire de la chaire de géographie à l’académie de Bordeaux (Décédé en 1983 en terminant son monumental ouvrage sur le Saint-Emilion).

Henri Enjalbert a découvert qu’il existait au milieu du massif de l’Arboussas, sous le manteau épais de la garrigue, une quarantaine d'hectares d’un sol profond, parfaitement drainé et pauvre en humus et matières végétales, riche en oxydes minéraux (fer, cuivre, or, etc)

Un sol qu'Enjalbert compare aux meilleurs terroirs bourguignons de la Côte d'Or.

Ce terroir de grèzes glaciaires accumulées par les vents lors des glaciations de Riss, Mindel et Guntz, apportent les trois éléments qui conditionnent l'existence d'un grand vin :

  • Sols profonds où les racines de la vigne peuvent descendre s'alimenter en profondeur.
  • Sols parfaitement drainés où les racines de la vigne ne rencontrent jamais d’humidité.
  • Sols pauvres qui exigent de la vigne souffrance et effort pour créer les arômes rares.

Les notes et schéma rédigés par Henri Enjalbert ont été relatés à travers un ouvrage remarquable « Un vignoble de qualité en Languedoc » , 1985.